Départ de la Monusco : Vital Kamerhe exige un délai du Conseil de Sécurité

Départ de la Monusco : Vital Kamerhe exige un délai du Conseil de Sécurité
Départ de la Monusco : Vital Kamerhe exige un délai du Conseil de Sécurité

Départ de la Monusco : Vital Kamerhe exige un délai du Conseil de Sécurité

Lundi dernier, le 12 septembre, Vital Kamerhe s’est adressé à la population de la province du Nord-Kivu, en particulier aux habitants de la ville de Goma, dans le cadre de sa tournée « Amani ». Un voyage qu’il a commencé, qu’il décrit comme sa recette pour rechercher la paix en République démocratique du Congo (RDC), en particulier dans sa partie orientale.

Parlant de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation du Congo (Monusco), qui a fait l’objet de manifestations en juillet, le président de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) a exigé que les Nations Unies, qui se réuniront bientôt au Conseil de sécurité, fixent un ordre du jour pour la Monusco dans un court laps de temps afin de mettre fin à la rébellion du M23. Il y aura un Conseil de sécurité ce mois-ci. Nous allons demander aux États-Unis combien de temps il leur reste pour retirer complètement leurs troupes, a-t-il dit.

Dans l’effort pour instaurer la paix dans la nation, Vital Kamerhe se dépeint comme un belliciste, déclarant son engagement à tout donner pour contribuer à l’état actuel de sérénité totale de la population du Grand Kivu. Il entend sensibiliser de nombreuses communautés à l’importance de la paix pour le développement d’un pays, qui est l’ambition la plus profonde de la RDC.

L’ancien personnel du chef de l’État a eu de nombreuses discussions avec des membres du parti et des partisans au stade Afya sur divers sujets. « De la prison où j’étais, j’ai eu une double souffrance – non seulement de mon incarcération, mais surtout de tous ces meurtres qui se propagent dans la province du Nord-Kivu. Je suis venu aujourd’hui dans la province du Nord-Kivu non seulement pour vous remercier, mais aussi pour sympathiser avec vous. Dès que j’ai été libéré de prison, je me suis fait un devoir de faire tout ce que je pouvais pour proposer ma solution pour y mettre fin », a déclaré Kamerhe. Refusant d’aborder toute question politique, le président de l’UNC a profité de l’occasion pour interagir avec les résidents de Goma qui étaient présents de l’aéroport au lieu de la réunion.

Sa délégation était composée d’une partie de sa famille biologique ainsi que de dirigeants et de militants du parti. Le voyage qu’Amani a commencé avec Kamerhe passera par plusieurs étapes. Après avoir commencé dans le Nord-Kivu lundi, la première mission se poursuivra dans le Sud-Kivu, le Maniema et le Tshopo. Lors d’une réunion avec des responsables de L’UNC lors de son retour politique, il a annoncé cette activité.

Facebook Comments Box

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *