Préoccupé par la prise d’otages de membres de la Task force par la milice codeco, les gouverneurs militaires de l’Ituri, Luboya Kashama mobilise les structures communautaires

Partager

Préoccupé par la prise d'otages de membres de la Task force par la milice codeco, les gouverneurs militaires de l’Ituri, Luboya Kashama mobilise les structures communautaires

Le gouverneur militaire de la province de l’Ituri lui a mobilisé les différentes structures communautaires et de pacification pour obtenir la libération des membres de la Task force pris en otage depuis le 16 février par les miliciens de la codeco de la région de Babu a Djubu.

Au sortir d’une réunion du comité provincial de sécurité le week-end, ces structures ont plaidé pour la libération immédiate de Thomas Lubanga et ces compagnons.

Préoccupé par la prise d’otages de membres de la Task force par la milice codeco, les gouverneurs militaires de l’Ituri, le lieutenant générales, Luboya Kashama mobilise les structures communautaires et des pacifications pour obtenir la libération de ces envoie du chef de l’état, pour la paix, c’est vendredi 4 mars, la question a été largement débattue au cours d’une réunion du comité provincial de sécurité élargi aux associations culturelles.

À l’unanimité, ces structures communautaires appellent les miliciens codeco à libérer immédiatement Thomas Lubanga et sa suite.
« Quelle que soit la justification qu’ils peuvent pousser, je crois qu’il est temps qu’il puisse revenir à la raison parce que tout touriste s’est joint. A ces gens-là qui sont train de souffrir maintenant ce moment-là, gratuitement, et donc comme tout le monde, on nous ne pouvons que demander à ces éléments de la codeco de pouvoir libérer ses frères. »

« Qui sont pris en otages, les Ituriens, sont partis là, pour rechercher la paix. Et c’est pour cette raison là nous leur demandons de pouvoir jouée de toutes les possibilités de manière à remettre ces gens à la liberté, pour que la paix que nous recherchons en Ituri puisse aller de l’avant. »
« Et c’est une mobilisation générale autour de l’autorité provinciales pour passer un signal fort aux ravisseurs et délibérer, ces gens-là qui sont arrivés eux, avec un message de la paix. Donc aussi pose, a aucune raison qui peut justifier leur présence dans des conditions qui ils sont actuellement. »

Cette démarche traduit l’engagement inébranlable du chef de l’État et commandant suprême des FARDC à pacifier la province.

Rappelons, c’est depuis le 16 février dernier qui 7 membres de la Task force appelant pour parler avec le milicien de la codeco, ont été pris en otage par ces derniers au camp Yalala, à environ 2 km de Bambu, dans le secteur de Walendu Tshiti.

Facebook Comments Box

Partager

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *